Le blog Copains des Vins

"Parler vin" simplement

Le langage du vin est souvent fleuri et même parfois indécent. Mais, sans conter fleurette au sommelier du jour, vous souhaitez pouvoir parler simplement du vin. Il a de la cuisse celui-ci, vous ne pensez pas ? Et voilà que vous perdez pied dans ce vocabulaire si spécial. Pourtant, à tout bien y penser, le vocabulaire du vin peut être simple et accessible. Tour d’horizon des quelques termes pratiques.

 La robe suggère la couleur du vin

Pour parler du vin, l’aspect visuel est le premier à intervenir.

Décrire la couleur du vin est un aspect accessible à tous. Rouge, blanche, rosée ou jaune, sa robe reste dans les couleurs chaudes.

Vient ensuite le gras du vin. Ici, une analogie en vin et femme a été mise au point depuis plusieurs siècles. Le gras du vin se définit en parlant de jambes, c’est-à-dire des trainées que fait le vin le long du verre. Ce n’est donc pas sorcier lorsque l’on connaît la métaphore employée. Par conséquent, un vin qui a de la cuisse, comme nous disions au début, est un vin gras qui laisse de larges trainées sur le bord du verre.

 Les arômes du breuvage titillent l’odorat

Chaque vin a une odeur, personne ne suppose qui vous puissiez en deviner tous les arômes… le pouvez-vous ?

Pour décrire cet aspect olfactif, il est possible de parler d’arômes pour les vins jeunes et de bouquet pour les vins plus âgés.

Les termes communément employés pour les arômes font référence aux fruits, pour les arômes fruités ou aux fleurs, pour les arômes fleuris.

Les bouquets sont plus complexes. On y parle volontiers de bouquet des sous-bois, de café, de gibier… Cependant, les vins jeunes sont plus souvent consommés.

 Le corps du vin détaille le goût

Le plaisir gustatif du vin se décrit sous l’appellation de relief ou de structure.

Ici, vous vous contentez seulement de décrire votre ressenti. 3 aspects sont généralement pris en considération :

Vous pouvez parler de vin « long » si la saveur se maintient dans la bouche, tandis que vous parlerez de vin « court » si le goût s’évanouit rapidement.

Un vin qui manque de corps se décrit comme mince, étroit ou maigre. À l’inverse, un vin qui a du corps se décrit comme corsé, charpenté ou consistant. C’est comme le vocabulaire de l’apparence du corps humain.

Les saveurs dures venant des tanins (notamment dans les vins rouges) se décrivent comme rugueuses, râpeuses ou encore astringentes. À l’opposé, les saveurs douces, lorsqu’elles sont dominantes, donnent des vins souples, tendres, charnus ou gouleyants.

 Vous n’avez donc pas besoin de décliner de longues phrases fleuries pour parler simplement du vin. Quelques termes bien placés et de la confiance dans votre ressenti sont amplement suffisants.

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués. *